suite synopsis

Page représentative de l’ensemble du manuscrit :

Il y a quelque chose et il y a quelqu'un: face à face.

 

En d'autres termes un sujet, un ego face à un réel qu'il appréhende en le nommant, en se le représentant et qu'il aménage en réalité à son usage.

Réalité qu'il construit à travers le temps et sa propre histoire, autant dire en fiction, en autofiction.

Désormais nous réapprenons, par les voies modernes de la science qui imprègne si fortement la psychanalyse, la conscience de nos romans personnels.

Trop personnels: pas plus que le monde ou plutôt les mondes issus de notre pensée apparemment la plus objective, la pensée scientifique, ne peuvent être crédibles sans un assentiment commun, l'autofiction ne peut se passer de l'adhésion de l'autre, en l'occurrence du lecteur.

Le principe vital de l'autobiographie traditionnelle est l'acte d'imposer à autrui, avec sans doute de moins en moins d'assurance, au prix d'un dévoilement total, son autoreprésentation des êtres et des choses.

L'autofiction s'en démarque nettement par la pleine conscience de la construction, fiction à l'oeuvre dans tout récit de soi et paradoxalement de la nécessité de la faire partager à autrui.

Dimension nécessaire, peu explorée à cause de la fascination pour l'expression du moi.

Dimension fondamentale: l'autofiction ne serait pas principalement une ego-fiction mais une alter-fiction.

Dimension qui remet en cause les limites de l'identité, de soi, des choses: un chemin vers l'altruisme ?

L'acuité avec laquelle se pose alors la question des clivages établis, dont la dichotomie du masculin et féminin pourrait être la base, est sans doute à relier à la place particulière qu'y ont prise les femmes.

 

Table des matières.

  

I- De la fiction à l'autofiction: l'interpellation au coeur de l'écriture contemporaine.

 

II- "Plagiat psychique": la querelle Camille Laurens-Marie Darrieussecq.

 

III- Un avenant au contrat autobiographique: la dimension interlocutoire de l'autofiction.

 

IV- La famille autofictive de Sophie Calle, famille intersubjective idéale.

 

V- "Ultimate autobiographie: de La Vie sexuelle de Catherine M. à Jour de souffrance ou la confrontation du lecteur aux leurres de la lisibilité du moi.

 

VI- Le Livre des Ecritures de Soi: L' Inceste de Christine Angot ou la voie mystique de communion avec le lecteur.

 

VII- Le lecteur au centre du livre: Rendez-vous de Christine Angot.

 

VIII- De l'intime à l'intimation: 'l'autofixion" de Chloé Delaume.

 

IX- Le lectorat féminin de Sophie Calle.

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player